Eglise française réformée de Bâle

Méditation pour l'Ascension

Arcabas ascension atableau expos&eacute; sanctuaire de Scherpen-heuvel, en Belgique. <span class="fotografFotoText">(Foto:&nbsp;C&eacute;line&nbsp;Hauck)</span><div class='url' style='display:none;'>/kg/eglise/</div><div class='dom' style='display:none;'>erk-bs.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>1816</div><div class='bid' style='display:none;'>17448</div><div class='usr' style='display:none;'>184</div>

« Jésus fut élevé vers
le ciel pendant que
tous le regardaient ;
puis une nuée
le cacha à leurs yeux. »
(Actes des Apôtres 1, 9)
Dans la Bible, seul l’auteur de l’évangile de Luc et des Actes des Apôtres raconte l’Ascension du Christ, 40 jours après sa résurrection.


L’évènement de l’Ascension fait en effet le lien entre ces deux livres. Il termine l’évangile et commence le livre des Actes des Apôtres.

Dans la peinture d’Arcabas, nous voyons la montée du Christ au ciel, entouré de nuages. Nous voyons les mains des apôtres élevées en louange. Le Christ est symbolisé par une croix : ce n’est pas un corps qui monte en altitude, comme soulevé par une montgolfière. Le peintre nous rappelle qu’il ne faut pas imaginer l’Ascension comme un évènement surnaturel, mais plutôt la comprendre comme un récit qui montre que Jésus appartient maintenant au Royaume de Dieu, Royaume dont nous pouvons percevoir et vivre des éclats déjà maintenant, mais dont nous attendons la venue définitive.


Je pense que c’est ainsi qu’il faut aussi comprendre la parole des deux hommes habillés en blanc qui s’approchèrent des apôtres après l’Ascension du Christ : « Gens de la Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? Ce Jésus, qui vous a été enlevé pour aller au ciel, reviendra de la même manière que vous l'avez vu s'en aller. » (Actes 1, 11)
Le ciel a un double sens : d’un côté, il désigne ce qui est au-dessus de la terre ; de l’autre côté, il désigne la réalité d’un autre monde, un monde qui surpasse et qui enveloppe celui dans lequel nous vivons.


Les hommes vêtus de blanc s’adressent à leurs auditeurs comme à des «gens de la Galilée».

Cette région située dans le nord d’Israël, peu remarquable en soi, pourrait symboliser le monde d’ici : notre quotidien, peu remarquable en soi, mais d’où, nous le savons, peut ressortir quelque chose de précieux. Prenons donc soin de ce qui est saint dans notre vie, ou qui pourrait mériter de l’être. Et louons Dieu ainsi, à chaque moment de notre vie.


Evelyne Zinsstag
Autor
Céline Hauck

061 270 96 66
aktualisiert mit kirchenweb.ch
Besuche: 17 Monat - Bereitgestellt: 28.04.2021