L'Eglise française de Bâle

Spiritualité

Noël : Dieu présent dans les difficultés de la vie.
A l’heure où tant de familles ne peuvent fêter Noël dans la douce chaleur familiale que nous aimerions lui rattacher mais doivent quitter leur maison, leur pays, leurs habitudes pour un avenir incertain, cette fresque me touche particulièrement. Elle rappelle que Marie, Joseph et leur nouveau-né étaient des réfugiés qui ont traversé le même destin que tant de personnes dans le monde actuellement.
L’histoire de Noël, si connue et pourtant paradoxalement méconnue, place l’événement central du christianisme, la venue terrestre du Messie, au cœur d’événements imparfaits. Et ces imperfections nous renvoient aux nôtres, rappelant que l’harmonie ne découle souvent pas des événements extérieurs mais de notre façon de les appréhender.
En effet à Noël, nous commémorons d’abord une famille en devenir, tenant bon malgré les difficultés de la vie. Un homme aimant tellement sa fiancée qu’il accepte le mystère de sa grossesse sans être le père de l’enfant qu’elle porte ; un couple qui ne sait où aller, se trouvant face aux refus et au rejet alors que la naissance est imminente ; une femme forcée d’accoucher dans une étable, parce que personne ne pouvait ou ne voulait lui offrir mieux que cela. Et enfin une famille obligée de fuir alors que leur bébé venait de naître avec la peur suprême que connaissent tous les nouveaux parents, à savoir qu’il arrive quelque chose à leur enfant adoré.
Mais Noël, ce n’est pas la peur, ni l’angoisse. Noël c’est une fête de joie car elle est vie, naissance du Christ, lumière dans la nuit, Dieu fait homme. Dans la fresque de Giotto, il n’y a pas d’angoisse, peut-être de la hâte de partir dans le visage de Joseph, mais une grande paix, renforcée par l’expression de bonheur sur le visage de Jésus.
Remarquons aussi qu’ils ne sont pas seuls, des anges les accompagnent et semblent les protéger de loin. Et des pèlerins également, dont l’un deux semble encourager l’âne à ne pas traîner. L’humanité est en marche, Dieu s’est fait homme pour chacun de nous. Dans nos nuits, dans nos imperfections, dans nos doutes et nos lâchetés, une lumière ne s’arrête jamais de briller. Ici sous forme d’un bébé souriant, plus tard comme un maître enseignant la sagesse, enfin comme un Sauveur. Dans les difficultés de nos vies, sachons accueillir les vraies joies, certains que nous ne sommes pas seuls, confiants que des anges nous accompagnent.
Joyeux Noël à chacun !
Céline Hauck
    —  Giotto (1266-1337) : « Fuite en Egypte » (fresque), basilique Saint-François, Assise<div class='url' style='display:none;'>/kg/eglise/</div><div class='dom' style='display:none;'>erk-bs.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>1280</div><div class='bid' style='display:none;'>10082</div><div class='usr' style='display:none;'>184</div>

: Giotto (1266-1337) : « Fuite en Egypte » (fresque), basilique Saint-François, Assise

Autor
Céline Hauck

061 270 96 66
aktualisiert mit kirchenweb.ch
Bereitgestellt: 13.12.2017